• L'un des endroits du jardin ne me plaisait pas. L'herbe y poussait mal, l'endroit manquait un peu de lumière et de chaleur. Un vieux lilas y dépérissait, et j'avais en outre une dent contre lui, car il y a 3 ans, en voulant le tailler, j'étais tombé ( merci les galeries de rongueurs qui ont fait basculer l'échelle... ) et m'étais cassé 3 côtes. Au pied de ce lilas maudit poussait une plante très envahissante dont une graine avait été apportée là sans doute par un oiseau puisqu'ils en raffolent. Je parle du phytolacca americana, une plante TRES envahissante et dont les racines deviennent énormes.

    Voici à quoi ressemble cette plante ( aussi nommée "Raisin d'Amérique ) et sa racine.

     

    J'ai donc décidé de tout raser, et comme pour faire un pied de nez à la mauvaise expérience liée à ce lieu, j'y ai installé un jardin d'inspiration zen, ou japonaise.

    Voici à quoi ressemblait le lieu avant.

     

     

     

    Première étape donc, déraciner le lilas et le raisin d'amérique. L'utilisation d'une barre-à-mine est dans ce cas plus que pratique.

     

     

    L'ensemble a ensuite été labouré et une tranchée a été creusée en arc de cercle vers l'intérieur du "gazon". Cela permettra d'y installer une petite bordure en rondins qui séparera bien ce coin à thème du reste du jardin en évitant que l'herbe n'y pousse.

    Sur toute la surface, une bâche ( type bâches vertes pour talus ) est étendue et fixée à plusieurs endroits à l'aide de grandes agrafes métalliques.

     

     

    Ensuite, il ne restait qu'à compléter avec du végétal et du minéral.

    Pour le végétal, j'ai dû faire avec le laurier rose que j'avais planté à mon arrivé. Le style de cet arbuste est plutôt méditérranéen, mais tant pis. Son côté persistant participe à la structuration du lieu, et ses fleurs parfumées en été sont un plus. Je n'allais tout de même pas l'arracher !

    J'ai quand même tenu à installer des plantes en accord avec l'esprit du lieu. Quelques plantes ont été choisies dans ce sens :

    - Bambou de la variété 'Chimonobambusa marmorea' qui bien que réputé peu traçant a été installé dans une grande poubelle totalement enfouie dans le sol. Ainsi, je n'aurai pas trop à me soucier des éventuels débordements. J'ai choisi cette variété car elle n'est pas trop grande ( 3 mètres maximum ) et que ses chaumes se teintent de rouge au soleil.

     

    - Trois azalées japonaises à feuillage persistant ( une rouge, une rose et une mauve ) qui illumineront le coin le moins exposé au soleil. Afin de mettre toutes les chances de mon côté, j'ai rajouté une grosse quantité de terre de bruyère et de la corne broyée et les ai plantées dans ce mélange. Bien sûr elles ne sont pas encore en fleurs, mais avec leur paillage de pouzzolane, elles concourrent également à l'intérêt du lieu en toutes saisons.

    - Un Rhus Typhina 'Tiger Eyes' ( Sumac de Virginie ) dont l'écorce duveteuse est très agréable au toucher, et qui offre de splendides couleurs automnales sur des feuilles très découpées.

     

    - Impossible de partir sur l'idée d'un jardin de style japonais sans adopter un érable du même nom. Parmi les nombreuses variétés qui existent, j'ai opté pour Acer Palmatum Dissectum 'Crimson Queen' dont le feuillage reste pourpre toute la saison, en différentes nuances plus ou moins rougeoyantes suivant l'époque. Les érables japonais poussent lentement et demandent une terre acide. Ici, j'ai choisi de le placer dans un grand pot bleu. D'une part cela me permet de le changer de place si je le souhaite, et d'autre part, je pourrai l'emporter quand je déménagerai. Le pot a été rempli d'un mélange de terre de bruyère, d'un peu de terreau Or Brun, de corne broyée et d'un rétenteur d'eau. Il s'agit d'une petite poudre blanche semblable à du sel, que l'on mélange à la terre de plantation. Les arrosages sont ainsi plus espacés et la terre sèche moins vite, problème qui peut rapidement arriver avec la terre de bruyère ( très difficile à réhydrater correctement si l'on a "zappé" trop d'arrosages. Utile quand l'on s'absente quelques jours. Enfin, tout cela est encore théorique puisque je n'ai encore jamais eu recours à ce petit "truc".

     

    - Des ophiopogons planiscapus 'nigrescens', petites herbes presque noires à floraison blanche qui longent une partie de la limite jardin japonais/ jardin. Entre ces ohphiopogons, quelques bulbes de perce-neige dont la floraison blanche devrait également bien ressortir sur le noir des ophiopogons.

     

    Côté minéral et paillage, j'ai opté pour des gravillons blancs, de la pouzzolane donc, et des galets de différentes couleurs ( "naturels" - ceux trouvés dans le jardin au court des différents bêchages, gris foncés - achetés en jardineries, et blancs - également en jardinerie ). Quelques pavés blancs dits "japonais", et des dalles en bambou.

    Pour la déco, un petit boudha ( rayon aquariophilie ), une auge en pierre pour le point d'eau- avec sa louche ! , et une lanterne. Il faut rester le plus sobre possible, car le jardin d'esprit japonais est à la base très dépouillé, ou tout  au moins épuré.

    Je n'ai pas le temps de finir de mettre en ligne l'ensemble des photos, mais avant de vous laisser, voici un petit apperçu. La suite dès que possible...

     

    Voici donc de nouvelles photos prises juste après la fin de l'aménagement. Depuis, j'ai rajouté une petite "pagode" noire. Je ne l'ai pas encore prise en photos.

     

    Contraste des paillis et du gravier pour briser la monotonie.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le petit boudha veille sur son domaine et y médite, sagement posé sur une dalle.

     

     

    Pour terminer, je rajouterai que l'un des gros avantages de ce style de jardin est qu'il est possible de l'aménager dans des espaces de petites tailles, dans des cours intérieures, ou même sur une terrasse ou un balcon. Bien sûr, pour ceux qui aiment les floraisons opulentes de style "jardin anglais", cela peut sembler un peu "dénudé" ou triste, mais ce décor est quasi permanent et sa structure est agréable à l'oeil en toutes saisons. J'ai hâte de voir l'herbe repousser autour et les plantes s'installer et fleurir au printemps prochain. De nouvelles photos vous permettront bien sûr de suivre son évolution au fil des saisons. Alors, à bientôt...


    37 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique