• Les affaires reprennent !

    Décidément, Janvier a cette année tout d'un mois printannier. Aujourd'hui encore, on avait l'impression d'être fin février, voire mars. La nature réagit d'ailleurs en conséquence : certains crocus sont déjà en fleurs, la croissance des narcisses est déjà bien avancée, les bourgeons des clématites se forment, les rosiers commencent à démarrer sérieusement... Bref, il faut ajuster.

    Aujourd'hui, rien de très visible, mais certains travaux, discrets en apparence, peuvent influencer le reste de la saison. Je n'avais pas pû passer mes rosiers à la bouillie bordelaise à la fin de l'automne. Je l'ai donc fait aujourd'hui. J'en ai profité pour désherber et aérer leurs pieds, et j'ai rajouter quelques poignées de fumier de cheval. Il aura le temps de faire son oeuvre d'ici la pleine saison. Quand je les taillerai, d'ici un mois maxi si le temps doux se maintient, je rajouterai un engrais à diffusion lente ( style Osmocote ) pour soutenir la floraison ( tous mes rosiers sont plus ou moins remontants ). Fin juin, après la premier grosse vague de fleurs, je re-taillerai un peu et rajouterai encore un peu d'engrais pour préparer les remontées ( les re-floraisons jusqu'à l'hiver ). Comme les rosiers sont un peu plus âgés, donc mieux installés, je compte sur un effet plus opulent que l'an dernier ( bien que certains étaient déjà bien sympas à voir ou à renifler ). De plus, j'ai quelques nouveaux venus depuis l'automne dernier, dont quatre rosiers grimpants ( Mme Alfred Carrière, Mme Isaac Pereire, Narrow Water et Marietta Silva Tarouca ) que j'ai hâte de voir investir la clôture et l'arche du potager.

    Autre opération importante et qui devenait très urgente, le rempotage de mon Rhodo mal en point. Je l'avais planté à la base juste dans un pot rempli de terre de bruyère. Le problème de la terre de bruyère est double : d'une part elle n'est pas riche, et d'autre part elle se réhydrate très mal si elle vient à sécher. Avec mes absences estivales, je pense qu'il n'a pas trop apprécié ce mélange. Je l'ai donc rempoté ( dans un pot plus petit car l'autre était un peu grand pour lui ) dans un mélange de terreau Or Brun, terre de bruyère et fumier de cheval. J'ai également rajouté une poignée d'engrais pour plantes de terre acide. Et j'ai arrosé. Je ne vois pas bien ce que je peux faire de plus. Ce qui est curieux est qu'il a de très beaux et gros bourgeons, mais que les feuilles ont toutes la tête en bas, formant une sorte de parapluie. En y regardant de plus près, il m'a semblé qu'un petit dépôt blanchâtre très léger s'était "déposé" sur les bourgeons. Maladie ou simple manque de soins ? J'avoue ne pas savoir. Maintenant que je l'ai bichonné, peut-être va-t-il retrouver toute sa superbe... Comme quoi, jardiner demande beaucoup d'attention, et la nature a vite fait de nous rappeler qu'au final, elle seule décide.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :