• Plantations diverses

    En dépit d'un temps un peu gris ( mais très doux ), j'ai passé l'après-midi au jardin. Et je n'ai pas chômé !  J'ai désherbé à nouveau le nouveau massif à l'avant du jardin, car je voulais qu'il soit le plus net possible avant d'installer les nouvelles recrues. Sauges, gauras, cupidones, ancolies, phlox et quelques autres ont donc rejoint les plus anciens locataires ( enfin, ancien de l'automne dernier seulement puisque j'ai "créé" ce massif à ce moment là ). J'ai même planté aujourd'hui des dahlias. Bon, d'après les bouquins, c'est un peu tôt, mais je le "sentais" bien; les températures sont très clémentes, et même si une petite gelée survient encore, la terre est assez réchauffée pour que les griffes n'en souffrent pas. Cette année, j'ai mis environ une bonne dizaine de dalhias. L'an dernier en effet, j'en avais installé trois pieds de la même variété, et leur longue et superbe floraison m'avait fait promettre d'en mettre d'autres cette année. Cest donc chose faite.

    Dans un autre massif, j'ai planté un très beau pied de ciste pourpre acheté chez un pépiniériste. Il forme déjà un joli dôme d'environ 50/60 cms, et j'espère donc une floraison dès cette année.

    Il me restera aussi à planter un cénothe "concha" acheté chez ce même pépiniériste, mais j'attendais car je n'arrive pas à me décider sur son emplacement ( achat "coup de coeur" ). Je pense qu'il finira en pot sur la terrasse. J'en ai déjà un pied ( céanothe repens ) en pot, et il a passé l'hiver au garage, presque sans arrosage; il s'est quand même développé un peu, en tous cas davantage que l'autre qui est en pleine terre. Curieux...

    J'ai fini par d'autres petits travaux : rempotage d'un jasmin qui faisait grise mine. De toute façon, j'ai toujours moins bien réussi les plantes d'intérieur que celles à massifs. Allez comprendre pourquoi !

    En travaillant dans un autre massif encore, je suis tombé sur un rejet d'une graminée ( Leymus arenarius ) qui ressortait à plus de 40 cms du pied-mère. Cette graminée est en effet donnée comme TRES traçante. J'ai donc déterré ce rizhome qui avait développé des racines, et l'ai replanté dans un pot. J'espère ainsi récupérer un nouveau plant.

    Demain, direction le Périgord noir, où mes parents m'attendent de pied ferme pour tailler leur rosiers et planter tout un tas de vivaces que je leur amène. En effet, leurs rosiers font un peu figure de solitaires, et du coup, les mauvaises herbes peuvent s'en donner à coeur joie ! En installant des vivaces, dont certaines couvre-sol, elles seront moins à même d'envahir l'espace.

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :